Fiction N° 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fiction N° 1

Message par Invité le Sam 17 Jan - 16:09

Titre : Peint moi ton cœur

- " Daisuke, cesse de te ronger les ongles ! "
- "Emiko chérie, ne sois pas si dure. C’est normal qu’il soit nerveux " plaida Kosuke
" Je ne veux rien savoir ! Un voleur se doit d’avoir une manucure parfaite en toute circonstance ! " Bougonna-t-elle.
Daisuke s’était inscrit à un concours de peinture et la réponse à son éventuelle participation devait lui être délivrée aujourd’hui.
Pour être admis, il lui avait fallut peindre une scène fantastique. Il avait finalement opté pour quelques fées s’amusant au milieu d’une coupe de fruit, l’une assise sur une fraise, l’autre mangeant une framboise, une troisième en équilibre sur la queue d’une pomme…
Il fut accepté...la première épreuve aurait lieu dans deux jours.
Lors de la première épreuve, Daisuke dû peindre un tableau sur l'amour. Riku était auprès de lui pour lui servir de muse puisqu'ils étaient ensemble. Pourtant Daisuke n'étais pas inspiré et il dessina une esquisse de leur couple dans l'unique but de ne pas la vexer, une esquisse qu'il dû modifier selon les consignes de la jeune fille. Elle partit ensuite, l'abandonnant à la création d'un tableau qui finalement n'était pas de lui. Lorsque Satoshi et Risa lui rendirent visite, ils lui avouèrent que cette peinture était sans vie et à force de persuasion, ils parvinrent à le convaincre de peindre un nouveau tableau. Il présenta ce dernier à l'épreuve et fut retenu, mais Riku en le découvrant s'enfuit avant même qu'il ne puisse s'expliquer, vexée et furieuse.
La deuxième épreuve, une épreuve nocturne, eut lieu deux jours plus tard, deux jours durant lesquels Daisuke passa son temps libre à gamberger au lieu de se reposer, chose qui d'ailleurs ne fut pas sans conséquence puisqu'il s'évanouit, affaibli, devant la toile de 3 mètres sur 4 qu'il devait recouvrir d'une peinture sur la dualité. C'est Satoshi qui courut à sa rescousse. Il lui annonça qu'il venait de tourner de l'œil, bien décidé à le faire se retirer du concours, avant de se résigner à l'encourager, face à la détermination du roux.
"Ca va…j’ai juste un peu de mal à me concentrer."
"Ca c’est de la faute de Dark." Répliqua Satoshi
* ???*
"Toi tu cogites un peu trop." Reprit Hikari
*Ca c’est bien vrai.*
"Et lui n’a pas l’habitude de réfléchir, alors forcément ça chauffe !"
*Hey !*
Daisuke pouffa de rire.
"Daisuke."
"???" le roux s’étonna, habituellement Hiwatari ne l’appelait pas par son prénom.
"Arrête de réfléchir avec ta tête !" lui dit-il en lui donnant une pichenette sur le front.
"Tu veux que je réfléchisse avec mes pieds ?" demanda Daisuke avec un air mi-enfantin mi-rieur.
"…Daisuke, sérieusement, tu es plus doué que certains des Hikari. Arrête de penser ! Arrête de réfléchir ! Peint et c’est tout !"
"Facile à dire."
"Tout ce dont tu as besoin est là !" dit Satoshi en posant sa main sur le cœur de Daisuke.
A la fin de l'épreuve, Daisuke tomba littéralement de sommeil. Satoshi l'emmena jusqu'à son lit et fut obligé, avec l'accord des Niwa, de se coucher près de Daisuke, la chemise de l'inspecteur étant enfermée dans le poing du voleur.
Ils se réveillèrent enlacés, Daisuke, la tête sur le torse de son vis-à-vis. Tous deux ouvrirent les yeux, le sourire aux lèvres. Ils se sentaient si bien l'un contre l'autre, et même en sachant qui était l'autre, aucun d'eux ne voulait quitter cette douce quiétude. Ils bougèrent la tête en même temps et se fixèrent, leur visage tout proche. C'est à ce moment précis qu'entra Eternité. Elle referma aussitôt la porte en s'excusant, mais l'instant était désormais brisé et les deux amis détournèrent les yeux, les joues rougies de gêne.
Quelques minutes plus tard, ils étaient près et tous se rendirent au gymnase. Daisuke était une fois de plus dans ses pensées. Il n'avait toujours pas pu parler à Riku et les évènements du matin l'avaient atteint d'une bien étrange façon. Comme d'habitude l'animateur fit son spitch et les tableaux furent dévoilés. Tous furent stupéfaits par l'œuvre du Niwa qui, en plus d'être belle et techniquement réussie, représentait la célébrité locale: Dark.
Daisuke l'avait en effet peint au centre du tableau, tenant devant son visage la moitié d'un masque représentant Krad, et en arrière plan, Krad et Dark s'affrontant, ailes déployées. Daisuke demanda à Dark s'il en était content et celui-ci affirma que la peinture était très belle.
Ensuite l'animateur annonça le nouveau thème et les conditions de réalisation aux participants encore en course. Ils disposeraient cette fois-ci de trois jours pour peindre deux tableaux sur la même saison, la saison sélectionnée étant au choix.
Dès qu'il fut rentré chez lui, Daisuke se mit au travail, pourtant deux jours, des dizaines d'esquisses, et quelques tableaux commencés plus tard, il avait toujours la sensation d'être au point de départ. Sahéra entra donc dans une pièce, dont le sol était jonché de feuilles griffonnées, et observa quelques secondes Daisuke réfléchir devant une toile blanche avant de l'appeler...Plusieurs fois...N'ayant toujours pas de réponse le brun décida de le ramener de force sur terre à l'aide d'un bon coup dans le crâne.
- "Itatata! Mais ça va pas la tête!"
- " T'avais qu'à répondre!"
- " Qu'est-ce que tu veux?"
- " Change-toi on sort!"
- " Quoi?! T'es fou, j'ai encore deux tableaux à peindre!"
- "Tu feras ça demain! Et pas d'autres objections, tous les mecs viennent, j'ai même réussit à convaincre Satoshi!!! Donc tu viens et couvres-toi bien, il s'est remis à neiger!"
Daisuke obtempéra finalement et suivit Sahéra jusqu'à un petit bar tranquille où s'étaient rassemblés une bonne partie des garçons de leur classe de collège. Ils parlèrent de tout, de rien, sirotant quelques verres qui coloraient doucement leurs joues. Nostalgiques, ils évoquèrent l'époque du collège, et certains commencèrent à dévoiler quelques secrets inavouables. Cette soirée était un vrai bol d'air frais pour Daisuke...quoi que...un peu alcoolisé le bol d'air quand même....
Finalement, Sahéra dû rentrer chez lui, il avait un article à rendre au journal du lycée. Subarawa dû tirer Saga hors du bar, lui rappelant qu'il avait des obligations de producteur. Niwa remercia ses amis annonçant qu'il allait rentrer, Satoshi s'excusa à son tour et partit avec Daisuke. Ils restèrent quelques minutes silencieuses puis tous les deux prirent leur inspiration en même temps pour parler. Finalement c'est Satoshi qui commença.
- "Alors tu en es où ?"
- "Nul part ... Tout ce que je peint ...Je ... J'obtiens pas ce que je veux ..."
- "La vie. Tous tes tableaux que tu as peins pour toi jusqu'ici portaient un peu de vie ... C'est ça ton art ... C'est comme ça que tu peins, je croyais te l'avoir déjà dit."
- "... Mais je n'arrive pas à me décider sur la saison."
- "Euh ... Daisuke ... Ouvre les yeux ... Tu ne penses pas que tu as matière à t'inspirer?"
- "Je ... Je sais j'ai essayé de peindre l’hiver mais ça ne donne rien ..."
- "Parce que tu cherches deux idées, alors qu'il ne t'en faut qu'une!"
Satoshi était plus franc, moins calme ... L'alcool sans doute.
- "Une ?"
- "Aurais-tu déjà oublié l'œuvre qui a tant plus à Freedert?"
- "... Mais ... Riku ..."
- "Demande à Risa, elle se fera un plaisir de te l'amener."
Daisuke esquissa un sourire et le remercia.
- "Après pour l'autre, je sais pas, tu a surement quelques souvenirs liés à l'hiver?"
- "... Oui, bataille de boules de neige, courses de luges, silhouette d'anges ... C'était le bon temps hein ?"
- "..." Satoshi fit une grimace.
- "J'ai dit une bêtise?"
- "Non ... C'est juste que je n'ai jamais fait tout ça. A l'université, les étudiants trouvent ça puéril."
Daisuke s'arrêta, fixant Satoshi qui lui, continuait d'avancer. Le commandant leva la tête vers le ciel en repensant à cette époque décidément trop sérieuse pour un môme de cet âge. Son attention fut attirée sur sa droite par une forme se déplaçant rapidement et qui disparut dans l'épaisse poudreuse. Il regarda les sillons tracés dans la neige, intrigué mais n'eut pas le temps de se poser plus de questions : Daïsuke envoya une deuxième boule de neige, qui cette fois-ci, le toucha à l'épaule. Satoshi le regarda étonné.
- "On va rattraper ça! Ils ont tort à l'université ! Il n'y a pas d'âge pour faire ça !"
Le surdoué mit quelques secondes à réagir mais finalement un sourire presque enfantin naquit sur ses fines lèvres et une bataille de boule de neige fit démarrer le bal.
Daïsuke lui montra comment faire un bonhomme de neige, ils firent des courses de luges, une nouvelle bataille de boules de neige, puis essoufflés, le rouge se laissa toute dans la neige et agita bras et jambes pour créer une silhouette dans la neige, sous l'œil de Satoshi qui lui demanda ce qu'il faisait. Pour toute réponse Niwa se leva dévoilant son œuvre.
- "Whoa ... On dirait un ange ...", s'exclama Satoshi.
Daïsuke sourit et l'invita à en faire une. Ils se laissèrent tomber dans la poudreuse. Satoshi eut le plaisir d'entendre le doux crissement de la neige s'affaissant sous son poids. Il imita Daïsuke et bougea ses membres. Il entendit Daïsuke rire et tourna la tête, regardant son ami d'un air intéressé. Celui-ci faisait une adorable moue comme si son nez le chatouillait, puis il ouvrit la bouche laissant les flocons tomber lentement entre ses lèvres.
- "Qu'est-ce que tu fais?"
- "Je goûte."
- "..." Satoshi, un peu sceptique, imita le peintre et attendit quelques secondes avant de sentir un des cristaux de neige se déposer sur sa langue et se transformer en goutte d'eau.
- " Tu aimes?" lui demanda le roux en le regardant.
Satoshi tourna lui aussi la tête, tombant sur une vision des plus fascinantes. Une partie du visage de Daïsuke était caché par la neige, il semblait ainsi couché dans un nuage.
Satoshi savait depuis quelques temps que ses sentiments envers Daïsuke n’étaient pas de ceux que l'on éprouve habituellement pour un ami. Et depuis le matin de la deuxième épreuve, il ne cessait de penser aux lèvres du rouquin. Soudainement inspiré, sans doute un peu par l'alcool, il se roula sur lui-même et se plaça au dessus de Daïsuke. Il le fixa longuement sans bouger. Daïsuke le fixa aussi, un peu intrigué. Satoshi commença à s'abaisser.
- " Qu'est-ce que tu fais?" demanda le voleur
- " Je goûte..."
Satoshi termina son mouvement, déposant ses lèvres contre celles de Niwa. Les yeux de celui-ci restèrent ouverts de surprise une seconde, puis se fermèrent tandis qu'il entourait le cou de Satoshi de ses bras fins. Le baiser fut tendre, si doux. Ils s'éloignèrent par manque de souffle, et s'observèrent.
-"Je ne suis pas sûr que tu ais capté toutes les subtilités de goûts"...murmura Daïsuke.
Satoshi sourit et ils s'embrassèrent de nouveau, de façon plus fougueuse cette fois. Le commandant quitta les lèvres du Niwa descendant le long de sa mâchoire pour aller mordiller son cou tout en glissant ses mains sous le haut du voleur qui frissonna doublement, d'une à cause de ce geste, de deux, à cause de la neige qui avait touché sa peau. Satoshi fit une moue embêtée puis Daïsuke lui fit tourner la tête. Leurs jeux s'étaient prolongés jusque dans le jardin des Niwa, les situant à quelques pas à peine de la fenêtre du roux. Ils se levèrent et rentrèrent. Dès que les chaussures furent retirées, Daïsuke tira Satoshi par la chemise jusqu'à sa chambre tout en l'embrassant.
La porte fut fermée, dans l'énigmatique obscurité, les mains se caressaient, les sourires se devinaient, les lèvres se trouvaient, les langues jouaient. Rapidement les chemises rejoignirent le parquet. Ils s'immobilisèrent, s'embrassèrent puis, les doigts se firent agiles et rapides, d'autres tissus rejoignirent les premiers, puis les corps presque entièrement dénudés se déplacèrent sensuellement jusqu'au lit. Daïsuke fit s'assoir, puis s'allonger, Satoshi, s'asseyant à califourchon sur son invité. Il l'embrassa en le caressant, ses mains allèrent à la rencontre de la luxure durcie du Hikari laissa filtrer un gémissement. Daïsuke retira le rempart de tissu qui le gênait dans sa tâche, puis il prit en main la hampe dressée de l'inspecteur qui s'en mordit la lèvre. Niwa y appliqua un sensuel mouvement de va et viens puis l'impatience causée par l'alcool le poussa à remplacer sans attendre ses doigts par ses lèvres taquinant d'abord le gland avant de prendre en bouche le membre dans sa totalité.

(la suite dans un autre poste)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum